FFAM - Fédération Française d'Aéromodélisme

  • Presse

Toute la presse

44 - Le Championnat de France F3F, course de planeurs vol de pente, s’invite sur les pentes du Sancy

Le vol de pente, une discipline sportive et nature

Le vol de planeur radiocommandé en vol de pente F3F est une discipline d’aéromodélisme de vitesse, inventée à la fin des années 80 en Europe du Nord. Très pratiquée en Angleterre, en Allemagne et dans quelques pays de l'Est, cette discipline a fait son apparition en France en 1994, lors de l'organisation du premier concours au Col du Glandon, dans les Alpes. On compte aujourd’hui une petite centaine de pratiquants en France et entre dix et quinze concours de F3F par an, d’avril à octobre, qui rassemblent entre 15 et 30 pilotes.

Lancé en bord de pente, avec un vent perpendiculaire à celle-ci, le planeur de 3 mètres d’envergure utilise la portance dynamique créée par le vent rencontrant le relief pour planer et effectuer une course, chronométrée, entre deux balises. Cette discipline complexe mêle à la fois vitesse et stabilité afin d’être le plus rapide.

Le charme de cette discipline réside également dans la variété et la beauté des sites de vol. Des reliefs grandioses des Alpes aux collines verdoyantes du Pays Basque, en passant par les pentes majestueuses d’Auvergne, celles de la Route des Crêtes des Vosges et les petites falaises basaltiques de l’Ardèche, les sites de vol sont le plus souvent exceptionnels et offrent aux compétiteurs un paysage et panorama imprenables.

Ce sport, technique, permet également de mieux comprendre l’aérologie d’une pente, mais également de mieux appréhender l’aérodynamisme du planeur en trouvant les meilleurs réglages et mixages radio pour élargir le domaine du vol.

 

Un championnat de haut vol

Du 6 au 8 mai, vingt-deux compétiteurs venus de toute la France se disputeront le titre de champion de France 2017 planeur vol de pente radiocommandé, dans un décor grandiose. Au cœur du Massif Central, sur les pentes du Col de la Croix Morand, les pilotes élanceront leurs planeurs dans les airs. Sur une distance de 1000 mètres, entre deux bases espacées de 100 mètres, les uns après les autres,  les planeurs effectueront 5 allers-retours et 9 virages, après une prise d’altitude de 30 secondes. Les juges, placés à chaque base, indiqueront d’un signal son franchissement. Relié au chronomètre, ce signal gère le temps maximum de la prise d’altitude, ainsi que le décompte du nombre d’aller-retour. Le meilleur temps obtiendra 1000 points et une règle de trois donnera les points des autres concurrents. Les manches s’enchaîneront ainsi tout au long de la compétition, et la somme des points de chaque manche établira le classement final.

 

L’expérience au service de la technique

Afin d’atteindre les sommets et acquérir de la vitesse, les pilotes pourront compter sur leur expérience pour mettre au point la meilleure stratégie. En fonction de la forme de la pente et de la force du vent, les compétiteurs utiliseront plus ou moins de ballast pour alourdir le planeur. La prise d’altitude et le positionnement du planeur seront également déterminants dans la prise de vitesse. Les pilotes devront s’adapter au relief et choisir entre différentes techniques de prise d’altitude. Anticipation et technique seront les maîtres-mots pour appréhender les 9 virages «d’un run». Entre virage sur la tranche, virage en retournement, virage en renversement ou virage en demi-huit montant, les pilotes devront se fier à leur expérience pour choisir la meilleure option afin de gagner en vitesse. Et ce sera là toute la subtilité de l’exercice, car un virage court, plus facile à réaliser, pourra faire perdre de la vitesse, alors qu’un virage plus ample et complexe permettra d’en gagner. C’est d’ailleurs cette technique, développée ces dernières années par les français, qui a permis un bond spectaculaire de la performance moyenne et des records. De plus, entre les virages la ligne droite est rarement la trajectoire la plus rapide.

 

Le club organisateur du championnat de France 2017

Situé dans le Puy-de-Dôme, le club organisateur, présidé par Nicolas Dutrieux, compte 88 licenciés –dont 1 féminine et 6 de moins de 18 ans- qui pratiquent trois des nombreuses disciplines de l’aéromodélisme : le vol circulaire commandé, le vol radiocommandé aéronefs motorisés et le vol radiocommandé planeurs.

 

Des compétiteurs venus de toute la France

Auvergne-Rhône-Alpes

Serge Delarbre (Gerzat Aéromodélisme Passion - Gerzat, 63)

Thomas Delarbre ( Gerzat Aéromodélisme Passion - Gerzat, 63)

Sébastien Chabaud (Club Modéliste des Hautes Baronnies - Le Teil, 07)

Joël Marin (Brié Alpes Soaring, B.A.S.- Brié-et-Angonnes 38)

Pierre Rondel (Brié Alpes Soaring, B.A.S.- Brié-et-Angonnes 38)

 

Occitanie

Hervé Dallava (Aéro Modèle Club « Tête en l’air », 31)

Jean-Luc Foucher (Aéro Modèle Club « Tête en l’air », 31)

Julien Honor (Aéro Modèle Club « Tête en l’air », 31)

Pierre Diatta (Aéromodélisme Lislois - L’Isle Jourdain, 32)

Andréas Fricke (Club aéromodélisme école de Muret - Muret, 31 )

 

Ile-de-France

Aubry Gabanon (Aéroclub National des Electriciens et gaziers)

Frederick Hours (Aéroclub National des Electriciens et gaziers)

 

Provence-Alpes-Côte-d’Azur

Thomas Faure (Aéromodélisme Craurois Provence Méditerranée, ACPM, La Garde, 83)

Michael Krebs (Association modélistes Brignolais, Saint-Maximin-la-Sainte-Baume, 83)

Sébastien Lanes (Modèle Air Club de Cannes, Cannes, 06)

Philippe Lanes (Modèle Air Club de Cannes, Cannes, 06)

Matthieu Mervelet (Modèle Air Club de Cannes, Cannes, 06)

 

Nouvelle Aquitaine

Arnaud Leger (Aéro Modélisme Club de Brive « Les Milans », Brive-la-Gaillarde, 19)

Gabriel Mantel (Aéro Club de Brive Aéromodélisme, Brive-la-Gaillarde, 19)

Olivier Monet (Model Arvert Club 17, Arvert, 17)

 

Le Grand Est

Sylvain Pfefferkorn (Aéro Modèle Club « Les Vautours de Sarreguemines », Sarreguemines, 57)

 

Bourgogne-Franche-Compté

Thierry Poignard (Aéro Modèle Club du Pays de Montbéliard, Montbéliard, 25)

Les juges de la compétition :

Etienne BERAUDO, Gisele BERAUDO, Olivier BERNARD, Gracinda DE ALMEIDA, Paul DERBIER, Jean-Claude NOAILLY 

Retrouvez le pdf ici

Contact presse : Marie-Luce Bozom – 06 15 15 63 20

Site internet : www.ffam.asso.fr

 

 


Retour aux actualités