FFAM - Fédération Française d'Aéromodélisme

  • Presse

Toute la presse

40 - L’aéromodélisme, quel équilibre entre liberté individuelle et sécurité du pays ?

Un risque de dérive potentiel ?

La FFAM est consciente des risques potentiels que peut représenter l’utilisation malveillante d'un aéronef circulant sans personne à bord qui, motorisé ou non, est susceptible de transporter une charge et, donc, peut présenter un réel danger. C’est pour cela que des mesures ont été prises, en équilibre entre la liberté de faire voler de tels aéronefs et le devoir de protection vis-à-vis d'une possible utilisation terroriste. Cela explique la mise en place d'une législation visant, entre autres, à permettre d'identifier les détenteurs d’aéronefs circulant sans personne à bord et faciliter l'évaluation de leur caractère coopératif ou suspect, voire hostile. Il s'agit d'anticiper et d'éviter de se trouver dans la situation où seul le passage à l’acte permettrait d'identifier le pratiquant ayant une intention terroriste.

Dans une démocratie, l’intérêt général prime fort heureusement sur la liberté individuelle lorsque la sécurité du pays est en cause. Or, s’il y avait passage à l’acte, la réaction du législateur pourrait être d'interdire totalement la pratique hors zones clairement identifiées à cet effet au nom du principe de précaution. Les négociations menées de longue date par la FFAM avec les élus et services de l’Etat pour permettre la poursuite de la pratique de l'aéromodélisme s’inscrivent dans cette logique.

Le risque ultime serait que les aéronefs circulant sans personne à bord soient considérés comme arme potentielle et que leur détention soit alors très contrainte, à l’exemple des armes à feu servant à la chasse ou au tir de compétition qui sont assorties de règles très strictes (permis, carte de chasse, …).

Qu’est-ce qu’un aéromodèle ?

Au plan règlementaire, un "aéromodèle" est un aéronef circulant sans personne à bord qui est opéré à des fins de loisir ou de compétition. L'objet de la FFAM est l'aéromodélisme et donc les activités réalisées avec des aéromodèles. L'aéromodèle peut prendre la forme d’un avion, d’un planeur, d’un hélicoptère, d'un multi-rotor, d’une montgolfière pour les types de machines les plus courantes… Mais il pourra aussi être le fruit de l'imagination de son concepteur ... ou la réplique d'un engin volant existant ou ayant existé.

Un aéromodèle doit rester en permanence en vue directe de son télépilote qui doit être, à tout moment du vol, en mesure de contrôler directement sa trajectoire pour éviter les obstacles et les autres aéronefs.

Au-delà de l'aéromodélisme, des drones sont utilisés pour des essais de matériaux ou de techniques de vol (essais en soufflerie), ou à des fins scientifiques (prélèvements dans l’atmosphère), ainsi que de plus en plus fréquemment pour du travail aérien à moindre coût (prises de vue aériennes).

 

Contact presse : Marie-Luce Bozom – 06.15.15.63.20

Site internet : www.ffam.asso.fr


Retour aux actualités