Présentation de la Fédération Française d'Aéromodélisme

  • Presentation

Présentation

Le 16 janvier 1966, la Fédération Française d'AéroModélisme naît, association Loi 1901 à but non lucratif. En constante progression, la FFAM comptait, en 2015, 28000 licenciés.

Objectifs de la fédération

Comme toute association régie par la loi 1901, la FFAM poursuit des buts précis, déclinés dans ses statuts, qui sont de rassembler des associations affiliées au sein desquels se pratique une activité d'aéromodélisme. Ces associations peuvent aussi être des sections d'aéroclubs ou de Comité
d'entreprise.

Comme la FFAM détient les pouvoirs sportifs par délégation et agrément du ministère des sports, elle a pour but principal d'organiser, de diriger et de développer la pratique de l'aéromodélisme en France métropolitaine et dans les Départements et Territoires d'Outre-mer. Cet exercice des pouvoirs sportifs
se traduit également par l'élaboration des programmes et règlement sportifs au plan national.

Ainsi, elle met tout en œuvre pour encourager, soutenir, coordonner, harmoniser et contrôler l'action des associations affiliées et des membres agréés et favorise la formation technique des jeunes afin de contribuer à l'initiation aux carrières aéronautiques (ingénieur, pilote, mécanicien, etc.).

Son titre de fédération française lui vaut de représenter l'aéromodélisme français en tous lieux et toutes circonstances. Pour ce faire, elle sélectionne les meilleurs représentants français pour constituer les équipes de France, dans les différentes disciplines aéromodélistes, reconnues au niveau international.

Pour en savoir plus, rendez vous sur le site du Centre National des Fédérations Aéronotiques et Sportives.

 

Conseils de lectures

L’histoire de l’aéromodélisme et donc de l’évolution de la FFAM ont été déclinées, au début des années 2000 par Jean Champenois, dans un Livre intitulé La grande histoire des petits avions.

Commander ce livre à la boutique de la FFAM

Repères

L’aéromodélisme a réèllement débuté en France au XIXème siècle, car déjà, à cette époque, il était habituel  que des expérimentations aéronautiques soient  effectuées avec des modèles réduits. À l'aube du XXème siècle, l'activité commence à s'organiser et les premières rencontres des passionnés de ce loisir, qui deviendra également un sport, voient le jour.

C'est l'avènement de l'Aviation Populaire et un concours d'aéromodélisme organisé à Vincennes enregistre la participation de plus de 500 concurrents !
Le mouvement en faveur de l'aéromodélisme prend de l'ampleur, l'État Français en tient compte et crée le Comité Français des Modèles Réduits qui dote, au passage, 5 300 écoles avec 220 000 boîtes de construction.


Le premier "Congrès National des Aéromodélistes" est organisé.


La Ligue Française de l'Enseignement crée le "Cercle Laïque d'Aviation Populaire" (CLAP). Dans le même temps, la "Fédération Nationale Aéronautique" (FNA),  avec l'Aéro Club de France, créent une Commission Modéliste.

 Ensuite, l'évolution des différentes activités aériennes  fait qu'au milieu des années soixante, chacun des sports aériens" fonde sa propre fédération :
- vol moteur (FNA devenue FFAéronautique),
- vol à voile (FFVL),
- montgolfières (FFAérostation),
- ...
C'est ainsi que naît, le 16 janvier 1966, la Fédération Française d'AéroModélisme, association Loi 1901 à but non lucratif. En
constante progression, la FFAM a franchi le cap des 28000 licenciés en 2012.

Reconnue d'utilité publique

Sous certaines conditions, une association peut être reconnue d'utilité publique (RUP) via un décret en Conseil d'État.

Elle peut alors bénéficier de ce qui est habituellement qualifié de la "grande capacité" à recevoir des libéralités à titre permanent mais aussi  d'exonérations et réductions de droits de mutation à titre gratuit. En fait, au-delà de ces spécificités légales, la RUP est souvent considérée comme un label de qualité accordé par l'État, ce qui en fait un critère de choix pour les donateurs éventuels de l'association. Pour qu'une association soit reconnue d'utilité publique, il lui faut être patiente car ce "titre" ne peut être accordé qu'après une procédure complexe et longue.

C'est en 1996 que la FFAM a effectué sa première demande de reconnaissance d'utilité publique, demande renouvelée en 1998 et qui, compte tenu des évolutions de la loi sur le sport adoptées en 2000, imposant le passage des URAM vers les CRAM, a fait que ce dossier n'a pu être considéré.

Une nouvelle demande a été déposée à la suite du changement de statuts en décembre 2004. Mais en décembre 2006 le ministère de l'intérieur signifiait à la FFAM le rejet du dossier pour cause de non conformité des statuts.

De nouveaux statuts ont été modifiés et approuvés lors de l'assemblée générale du 18 mars 2007 et un dossier a été de nouveau déposé seconde quinzaine d'avril 2007.

Fin décembre 2007, le Conseil d’Etat exprimait un nouveau refus au prétexte de statuts fédéraux pas encore totalement conformes aux statuts types des fédérations sportives reconnues d’utilité publique.

Enfin, le décret du ministère de l'intérieur, de l'outre-mer et des collectivités territoriales daté du 17 avril 2009 et publié au journal officiel du 19 avril sera l'aboutissement de ces longues années d'effort de la FFAM qui est enfin reconnue d’utilité publique.

    Consultez le décret paru au journal officiel